Bannière 728x90

Nous entendons souvent parler des riches et des pauvres. Les gloires des riches, les luttes des pauvres. Mais quels sont les facteurs qui différencient une mentalité de riche d’une mentalité de pauvre ? Peut-on changer cet état d’esprit ? De qui parlons-nous réellement lorsqu’il est question de riches et de pauvres ? Existe-t-il une définition particulière de l’une ou l’autre catégorie ? Pour dire les choses simplement, non. Mais voici un aperçu de ce qu’on veut en venir.

Qui sont les riches ?

Par convention, les personnes riches sont associées à l’argent, aux actifs et à une meilleure qualité de vie. Ces actifs comprennent, sans s’y limiter, l’immobilier, les obligations et les actions.

Les personnes riches n’ont pas nécessairement besoin de paraître riches.

Qui sont les pauvres ?

Les personnes pauvres sont celles qui vivent au-dessus de leurs moyens. Au mieux, ils n’ont pas d’argent et aucun actif. Cependant, la vraie pauvreté consiste à avoir une valeur nette négative en raison de l’accumulation de dettes toxiques – cartes de crédit, prêts sur salaire, etc. Les personnes pauvres sont associées à un faible niveau d’argent et à une qualité de vie inférieure. Ils ont tendance à avoir beaucoup moins d’actifs, voire aucun, et sont endettés.

Maintenant que nous avons réglé cette question, qu’est-ce qu’un état d’esprit ?

Qu’est-ce qui compose un état d’esprit ?

Un état d’esprit est la collection d’idées préconçues d’une personne qui sont construites sur la base des influences qui l’entourent, c’est-à-dire la famille, l’expérience personnelle, les médias, l’éducation. En d’autres termes, il s’agit d’un ensemble de croyances qui façonnent l’état d’esprit d’une personne.

Les mentalités peuvent être utilisées pour catégoriser les gens. Dans le cas présent, ces croyances communes (habitudes de dépense et relation avec l’argent) permettent de séparer les riches des pauvres. Comment ?

Les intérêts composés fonctionnent pour les riches et contre les pauvres

La différence fondamentale d’état d’esprit entre les riches et les pauvres est que les riches ont compris un principe très simple : l’argent fait de l’argent, et l’argent que l’argent fait, fait de l’argent. Les riches voient l’argent comme une opportunité, les pauvres le voient comme quelque chose qui doit être gagné.

  • Riches

On dit des personnes riches qu’elles font travailler l’argent pour elles. Au lieu de se contenter de travailler et de compter sur ses revenus, une personne riche prend une partie de ses revenus et les investit.

Les intérêts composés jouent en faveur des riches. En effet, ils finissent par transformer 1 000 € en 10 000 €. En fin de compte, une personne riche peut choisir de ne pas travailler et de vivre des revenus générés par les investissements. Cependant, la plupart du temps, les riches travaillent parce qu’ils aiment ce qu’ils font, et non parce qu’ils ont besoin d’argent.

  • Pauvres

On dit des pauvres qu’ils travaillent pour avoir de l’argent. Ils ne l’économisent ni ne l’investissent.

Une personne pauvre considère que 1000 € ne sont que 1000 €. Une personne pauvre travaille chèque de paie sur chèque de paie pour le reste de sa vie.

Les pauvres, au mieux, dépensent tout ce qu’ils gagnent en achetant des choses aux riches, qu’ils en aient besoin ou non. Il ne leur reste rien à la fin du mois. Mais la vraie pauvreté, c’est quand les gens dépensent de l’argent qu’ils n’ont pas, en accumulant des dettes de cartes de crédit. Le taux d’intérêt composé joue en défaveur des pauvres, car il finira par transformer une dette de 1000 € en 10 000 €.

Dépenses des riches contre dépenses des pauvres

  • Dépenses essentielles

Les personnes riches dépensent pour les nécessités et ce qui est nécessaire, pas pour ce qui est désiré.

Une personne riche dont le téléphone fonctionne parfaitement n’aura pas besoin de dépenser de l’argent pour en acheter un nouveau. Une personne vraiment riche ne se soucie pas des tendances, mais de sa valeur nette.

  • Dépenses impulsives

Les personnes pauvres dépensent à la fois pour des nécessités et des désirs. Par exemple, une personne pauvre qui n’a plus de lait sortira d’un supermarché avec plus qu’un simple carton de lait.

Une personne pauvre dépense au-dessus de ses moyens. Elle s’intéresse aux dernières tendances, pas à sa valeur nette. Les pauvres se soucient de leur image.

Objectifs : les riches pensent à long terme, les pauvres vivent de gratifications instantanées

  • Riches

Les personnes riches pensent à long terme, ce qui est de plus en plus difficile dans notre société qui est guidée par la gratification instantanée.

  • Pauvres

Les personnes pauvres se fixent au mieux des objectifs à court terme, voire aucun. Ils ne voient pas la nécessité d’objectifs à long terme, comme l’argent pour la vie future. Les pauvres ont tendance à vivre de chèque de paie en chèque de paie. Lorsqu’une crise survient, il est presque impossible de joindre les deux bouts.

Par exemple, une personne pauvre licenciée pendant le Covid-19 souffrirait énormément de l’absence d’économies. La vie lui serait rendue beaucoup plus difficile.

Attitude face au risque

  • Les riches ont tendance à prendre des risques.

Une personne riche est plus susceptible de prendre des risques calculés. Ils peuvent se permettre de prendre des risques, car ils ont des actifs diversifiés.

Par exemple, lorsqu’on leur donne l’occasion d’investir dans une startup, les personnes riches sont plus susceptibles de calculer le risque de cet investissement. Si l’estimation est satisfaisante, les personnes riches y voient une chance d’accroître leur richesse.

  • Les personnes pauvres ont tendance à avoir une aversion pour le risque.

Une personne pauvre est plus susceptible d’avoir une aversion au risque.

Par exemple, lorsqu’on leur donne l’occasion d’investir dans une startup, les pauvres sont plus susceptibles de la refuser immédiatement. Ils n’y voient pas une chance d’accroître leur richesse. Ils voient cela comme une réduction de leur revenu disponible.

Attitude à l’égard de l’apprentissage

  • Les riches sont avides d’apprendre.

Le plus grand rendement composé ne provient pas des obligations, des actions ou même de l’immobilier. La plupart des millionnaires ne sont pas nés millionnaires, ils ont appris à construire leur richesse. Plus ils apprennent, plus ils comprennent le monde. Plus il est facile de relier des points, plus ils gagnent d’argent.

Les riches reconnaissent qu’ils ne savent pas tout. Ils n’ont pas peur de demander conseil. Ils reconnaissent que tout le monde peut apprendre quelque chose.

  • Les pauvres n’ont pas envie d’apprendre.

Les pauvres n’aiment pas apprendre.

Ils se soucient de la gratification instantanée. Ils se soucient de leur image et de ce que les gens pensent d’eux. Par conséquent, ils ne savent pas ce qu’ils ne savent pas, ils n’aiment pas entendre des points de vue opposés et se sentent rapidement peu sûrs d’eux lorsqu’ils sont mis au défi.

Être riche n’est qu’un rêve pour les pauvres. Comme ils n’ont pas la curiosité intellectuelle d’apprendre, ils choisissent de croire que les riches sont nés riches, qu’ils sont mauvais ou qu’ils exploitent les pauvres. Ils ne reconnaissent pas qu’ils sont pour la plupart pauvres à cause de leurs choix de vie.

Conclusion

Il s’agit essentiellement d’un guide. Vous pouvez être riche, vous pouvez être pauvre. Vous pouvez avoir les attributs des riches et des pauvres. Et honnêtement, c’est bien.

La première étape consiste à reconnaître où vous en êtes et comment vous souhaitez avancer. Quel type d’état d’esprit possédez-vous ? Voulez-vous que l’argent travaille pour vous ou voulez-vous travailler pour l’argent ? C’est entre vos mains. En fin de compte, personne ne se soucie de vos finances comme vous le faites.

Bannière 728x90